Autolyse, signifie en grec dissolution de soi-même.
Autolyse est aussi le terme médical désignant le suicide, acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Ce travail, constitué d’un (anti) manuel de suicide ainsi que de mises en scènes, reflète l’idée de la mort et non pas de sa mise en acte. Ce n’est pas du passage à l’acte même dont je traite, mais de l’éventualité du suicide. Les images dégagent une sorte de poésie funèbre trouvant un équilibre entre un humour macabre et une grande légèreté. Elles ont une faculté désinvolte à renverser les tonalités dans une même scène, elles sont aussi absurdes que lugubres.
Bien que tintées d’humour noir, mes photographies sont traversées par une certaine tristesse, une sorte de mélancolie.
Le personnage mis en scène (autolyse) est le mélancolique qui sombre dans une forme de folie qui le paralyse, le mure dans le silence, ou provoque une inquiétude du corps et de l’esprit au point que toute forme de vie ordonnée devient impossible.
Ces images d’objets du quotidien sont les visions d’un imaginaire morbide et fou mais totalement absurde puisque les méthodes de cet anti-manuel sont, pour la pluspart, presque impraticables.

P.A. 2010